Recherche

Vous êtes ici : Accueil > Documents de travail

Documents de travail

Informations du document Les réformes du Gouvernement Orbán : la Hongrie à l'heure du bilan

Les réformes du Gouvernement Orbán : la Hongrie à l'heure du bilan

Ajouter au panier Consulter et imprimer gratuitement ce document sur le site du Sénat

Les réformes du Gouvernement Orbán : la Hongrie à l'heure du bilan

Rapport de groupe interparlementaire d'amitié N° 113, déposé au Sénat le 10 décembre 2013

Prix : 3.50 €

Auteur(s) : Michel BILLOUT

Résumé : Une délégation du groupe interparlementaire d'amitié France-Hongrie, présidée par M. Michel Billout (CRC - Seine-et-Marne), s'est rendue à Budapest et à Szeged, du 3 au 7 septembre 2013, pour mesurer les réformes entreprises depuis l'arrivée au pouvoir du Premier ministre M. Viktor Orbán et les défis auxquels ce pays doit faire face.
Dans la continuité des échanges que le groupe d'amitié entretient de longue date avec la Hongrie, ce déplacement a permis à la délégation de rencontrer des responsables politiques nationaux et locaux, de recueillir des opinions très diverses sur la situation telle qu'elle est vécue par les citoyens hongrois ainsi que des éclairages ou nuances plus rarement perçus en France.
L'accent a été mis d'une part, sur la question énergétique, particulièrement sensible dans ce petit pays d'Europe centrale sans accès à la mer et fortement dépendant pour son approvisionnement ; d'autre part, sur l'état des finances des collectivités territoriales souvent lourdement endettées, question qui se trouve corrélée à celle de la gestion des fonds européens soumise aux critères de Bruxelles.
Enfin, la délégation sénatoriale s'est intéressée aux réformes engagées par le Gouvernement Orbán qui ont placé la Hongrie sur le devant de la scène internationale et qui ont été souvent vivement critiquées du fait notamment de procédures controversées et parfois sanctionnées par Bruxelles. Cette mission a ainsi pu permettre d'appréhender plus finement les mesures mises en oeuvre par la Hongrie depuis 2010 et les réactions qu'elles ont pu susciter.